HUMANS OF KARACAL

Une invitation à se laisser porter par l’imaginaire

Interview avec les créateurs derrière le podcast Ferme les yeux et regarde

09 mars, 2021

Et si on pouvait entrer dans une œuvre d’art. Qu’y découvrirait-on ? Quelles conversations pourrait-on entendre ? Quels personnages prendraient vie ?

Entrer dans l'œuvre, enjamber le cadre du tableau pour aller s’y promener, c’est ce que nous proposent Élodie, Jérémie et Mathilde, les trois créateurs du podcast immersif Ferme les yeux et regarde. Cette semaine, nous vous invitons à découvrir leur projet et leurs envies. Leurs univers sont, bien sûr, en bulles sonores immersives sur l’application Karacal ! 

Mais l’immersion sonore, qu’est-ce que c’est ? 
Jérémie, ingénieur du son, musicien-compositeur-interprète et maintenant réalisateur sonore de Ferme les yeux et regarde nous explique ce côté mystérieux du son. 


Jérémie “L’idée est d'être dans l’action, dans la scène. C’est un peu comme si les comédiens étaient à côté de nous en train de jouer la réplique. Ce qui va être intéressant dans la captation c’est qu’on va utiliser un procédé qui s’appelle l’ambisonic. Par exemple, quand on capte le son dans une église, dans une forêt ou dans des endroits bien particuliers on va le ressentir et du coup il n'y aura pas ce travail de montage avec des fausses ambiances. Là on va vraiment être sur la vérité d’un lieu assorti au jeu des acteurs.”

Etre dans la scène, ce n’est pas un nouveau projet pour les créateurs du podcast. Élodie et Jérémie sont cofondateurs du studio sonore Nuits Noires à Lyon. Pendant des années, ils ont travaillé ensemble dans l’événementiel où ils ont fait des immersions dans le noir autour de la musique. Avec le confinement, le podcast a été une révélation, une évidence. Élodie fait donc appel à son amie de lycée, Mathilde, une comédienne à Paris qui rejoint le projet. 


Élodie “En général quand je vais au musée, je m’amuse à faire parler les personnages dans ma tête et j’ai toujours trouvé dommage qu’il n’y ait pas de proposition avec cette profondeur de fiction. C’est de là que l’idée est née : il faut qu’on s’amuse à faire parler des personnages qui sont sacralisés dans le monde de l’art. Grâce au son on va pouvoir se projeter dans un imaginaire et avec différents points de vue et c’est ça qui est intéressant. En termes de créativité et d'écriture, ça nous permet d’aller très loin. Sur un seul tableau on peut s’imaginer plein d’histoires différentes.”

Mathilde continue “Les gens ont envie de jouer, de se sentir concernés et de faire partie de l'œuvre ! C’est très lié aussi à la crise sanitaire et au confinement parce que les musées sont fermés. Les gens peuvent voyager, développer leur imaginaire et leur culture par le son et je pense que pour beaucoup c’est une vraie évasion. C'est peut-être pour ça aussi que l’audio prend de plus en plus d’importance.”

Effectivement, avec les podcasts, les nouvelles applications comme Clubhouse, les messages vocaux ou les tweets sonores, l’audio prend de l’avant. Tous les trois ont ressenti un vrai besoin d’écoute, dans un monde fermé. 


Élodie développe “Avec la crise, on manque cruellement d’intimité et d’humanisme. Quand on écoute de l’audio, on crée des habitudes, on a envie d’entendre les voix et on s’imagine des visages. C’est beaucoup plus subtil, ça nous repose et le message peut être beaucoup plus percutant que les images. On peut faire plein d’actions en écoutant l’audio. Devant une vidéo tu es figée et tu ne fais rien d’autre. Avec l’audio tu peux être en voyage, tu peux cuisiner, tout ça c’est le pouvoir de l’audio. Je pense qu’aujourd’hui les gens ont besoin d’être en mouvement - ou pas d’ailleurs - mais pour ça, ils peuvent simplement être allongés et juste écouter. L’audio symbolise pour moi l’apaisement total parce que sinon on est pollué par des images constamment.”

Jérémie continue “Pour moi, le podcast est tellement plus accessible qu’aller dans un musée. Il touche un public plus large et notamment un public plus jeune qui ne s’intéresse pas encore à l’art. Et je pense que cette accessibilité est liée au fait qu’on est sur un format audio qu’on peut écouter partout et c’est une richesse de contenus qui sont proposés." 

Élodie ajoute: "On ne parle pas forcément de l’art, on parle de l'immersion sonore. Si tu es une personne qui n’est jamais allée au musée ou une personne qui est extrêmement érudite et qui connait absolument tout, peu importe nous, on raconte une histoire. À partir de là, c'est accessible à tous.”

Ferme les yeux et regarde est un podcast qui propose une nouvelle manière de découvrir l’audio et vivre une histoire. Dans un épisode, l’auditeur entre dans une œuvre inconnue pour sentir les ambiances et écouter les conversations fictives que les personnages pourraient avoir. Mais Elodie, Jérémie et Mathilde ne vous dévoilent l'œuvre dont il est question que dans un épisode bis. Saurez-vous deviner l'œuvre dans laquelle vous plongez ?

Leur façon de rendre l’auditeur actif est devenue un succès. Aujourd’hui le trio travaille avec des musées, prochainement le Muséum d’Histoire Naturelle à Paris. 
En attendant, rendez-vous sur Karacal pour un voyage imaginaire !


Partager l'article