HUMANS OF KARACAL

Et si le prochain inventeur, c’était vous ?

Une interview avec Amélie du podcast Tadaaaaam de la Fondation Goodplanet

20 septembre, 2021

Crédit photo : Fondation Goodplanet

L’engagement pour une cause demande du temps, de l’énergie et de la conviction mais quand on y croit, on a envie de le faire. C’est la devise de notre nouvelle contributrice de la Fondation Goodplanet. 

Nous avons rencontré Amélie qui, avec ses collègues, travaille tous les jours pour renforcer la conscience écologique et sociale. Ils le font à travers des ateliers, des formations et aussi - bien sûr - de l'audio ! Avec Amélie, nous avons parlé de ses convictions, du travail de la Fondation et du nouveau podcast présent sur Karacal : Tadaaaaam !


“On a préféré faire le podcast Tadaaaaam pour les enfants car ce sont eux qui vont être les acteurs et actrices du changement climatique. À travers le podcast, ils apprennent ce qu'est la fast fashion, les expéditions de Claude Lorius ou ce que Vandana Shiva fait au quotidien. Ce sont des parcours qui vont les inspirer et qui vont maturer parce que ça prend du temps aussi. Personne ne se réveille un matin avec pleine conscience de la crise écologique. Les actions, ça aide. [...] La conscience écologique peut venir à n’importe quel moment de la vie et ce n’est jamais trop tard. Le message qu’on souhaite laisser c’est que ce sera peut-être toi le prochain qui trouvera l’énergie 100% renouvelable ou un moteur sans aucune empreinte carbone. On veut montrer l’humain, on fait comme vous avec les Humans of Karacal, on inspire à travers l’humain.” 

Amélie a rejoint l’équipe de la Fondation Goodplanet il y a un an. C’est grâce à ce travail et ses collègues qu’elle a pu se former, développer sa pensée écologique et renforcer son expertise sur les vastes sujets de la formation en la matière. L’engagement, pour des causes très diverses, a pratiquement toujours été présent chez Amélie. 


“Ma première porte d'entrée a été le féminisme et par ricochet entre guillemets j'ai entendu parler de l’éco-féminisme. Je me suis beaucoup intéressée à toutes les formes d’oppressions à ce moment-là : au capitalisme, au validisme, aux discriminations raciales et de fait aussi à l'écologie.” 

Amélie ne compte pas son temps quand il s’agit de défendre ses convictions. Son engagement est plein et entier, la vie associative l’a formé, poussé et accompagné au travers des années. 


“J'ai créé une association à 14 ans avec des amis. Ce n'était rien de très ambitieux, c'était une junior association mais c’était mon premier pied dans l'associatif. Après j'ai rencontré Animafac qui est un réseau d'associations étudiantes. C’est tout cet écosystème qui a aussi favorisé les échanges, on avait des conférences, des ateliers sur ces thématiques-là. Je pense que c'est ça qui m'a construite dans mes convictions personnelles.”

Le podcast Tadaaaaam (oui, avec 5A, comme l’Andouillette), nous permet de comprendre des termes compliqués et des innovations incroyables grâce à un énorme travail d’accessibilité du propos, tant sur le vocabulaire que sur les sujets et les concepts eux-mêmes. 


“On essaie aussi de faire de la vulgarisation d’informations. Ce n'est pas toujours simple d'expliquer quelque chose de compliqué et de trouver les mots, surtout que le podcast est pour des enfants. Pour expliquer les biocarburants aux enfants, il faut trouver des métaphores et des comparaisons avec des objets quotidiens. C’est assez marrant parce que ça demande d’être créatif. Ce que j’aime c’est créer des dialogues pour que ce soit plus dynamique.”

L’équipe de la Fondation Goodplanet travaille à ce que l’information et les sujets écologiques et du devenir de la planète soient plus accessibles. Leur travail aide à engager les jeunes pour qu’ils puissent faire des choix écoresponsables demain. 

Retrouvez toutes les actions de la Fondation Goodplanet ici !




Partager l'article