PRATIQUES DE MÉDIATION

Podcasts d’Office de Tourisme : Pourquoi l’été post-covid est le bon moment ?

L’industrie du tourisme et de la culture est particulièrement chamboulée par les conséquences du covid-19. De plus en plus d’offices de tourisme s’intéressent aux podcasts pour garder un lien avec les visiteurs. Or, ces podcasts peuvent aussi être un pari long terme.

25 avril, 2020

S’il s’agissait déjà d’une tendance en pleine explosion, les podcasts sont devenus encore plus incontournables avec le confinement. Avec les conférences en ligne appelées “webinaires”, ils font partie des solutions les plus utilisées par les entreprises et les institutions pour communiquer par delà le covid-19.
Suivant cette direction, de plus en plus d’offices de tourisme s’intéressent aux podcasts pour leur communication et certains se sont même déjà lancés, comme dans le Tarn depuis 2019.

Dans le contexte du confinement, ces émissions audio diffusées sur internet permettent de garder le lien avec les visiteurs et de continuer à mobiliser les équipes malgré les annulations des visites. Chaque Office de Tourisme peut ainsi partager des petites bulles d’informations sur le patrimoine du territoire, via le numérique. 

Mais ce confinement est aussi l’occasion de faire le point sur les dispositifs en place et de réfléchir à l’avenir. Les investissements d’aujourd’hui conditionneront ce que sera le fameux “monde d’après” dans le secteur de la médiation culturelle.

Or, le potentiel des podcasts ne se limite pas à la situation actuelle. Ils peuvent également être un outil bienvenu pour accompagner les différents publics dans le patrimoine.


Une alternative aux audioguides

Dans le secteur de l’audio culturel, les audioguides tiennent le haut du pavé depuis les années 80. Mais les podcasts représentent de plus en plus une alternative aux audioguides. En effet, le concept du podcast s’adapte très bien à la visite d’un musée ou d’un centre-ville : en enregistrant une visite guidée, en faisant témoigner les habitants ou en utilisant les archives sonores du département, il est possible de créer le parfait compagnon de visite audio. 

L’avantage principal du podcast réside dans son coût moindre : relativement simple à produire, il peut en outre être accessible directement sur le téléphone portable des visiteurs. Une caractéristique qui prend toute sa valeur en temps de crise sanitaire. En effet, sera-t-il encore acceptable de donner aux visiteurs de demain des casques et des boîtiers passant de main en main ? La désinfection du matériel entre chaque utilisateur semble difficile et la confiance des visiteurs est indispensable pour assurer une reprise rapide. 

En étant moins cher et plus facile à diffuser, le podcast permet aussi de multiplier les parcours proposés aux visiteurs. Il devient possible de prendre en compte les différents publics, enfants ou adultes, locaux ou étrangers, et de les accompagner dans de nouveaux lieux culturels, autrefois dépourvu de médiation.


Une opportunité pour les guides

Cette crise du coronavirus a mis au premier plan les enjeux de l’humain, et les épreuves qu’affrontent certaines professions. Les guides conférenciers notamment ont vu les visites qui étaient prévues s’annuler les unes après les autres. Beaucoup d’entre eux étant indépendant, leur situation est devenue particulièrement précaire. 

Dans cette situation, certains offices de tourisme tentent de trouver des solutions pour soutenir les guides conférenciers en faisant appel à leurs compétences en dehors des visites. L’ADT Val d’Oise Tourisme a ainsi eu l’idée de leur demander de créer ses podcasts ! Formés gratuitement par Karacal ces guides pourront proposer leurs services de réalisation de podcasts à d’autres lieux touristiques. 

En effet créer des podcasts est plus facile qu’on pourrait croire : bien accompagné, chacun peut s’essayer à l’exercice avec un matériel minimal. Et pour les offices de tourisme qui souhaiteraient aller plus loin, Karacal propose des mises en relation avec des podcasteurs professionnels, capable d’enregistrer eux-mêmes les podcasts ou de proposer un montage original en se basant sur les contenus fournis par les guides conférenciers. 

Attention cependant, il ne s’agit pas pour les guides conférenciers de se voir remplacés par des podcasts : ces derniers doivent rester complémentaires d’une médiation directe. On sait de longue date que les visiteurs individuels participent rarement aux visites guidées et que certains lieux ne sont pas assez fréquentés pour bénéficier de l’organisation de ces visites. C’est dans ce type de contexte que les podcasts peuvent révéler une grande utilité, tant pour les guides conférenciers qui ajoutent une nouvelle corde à leur arc que pour les offices de tourisme.  

Partager l'article