HUMANS OF KARACAL

Les créateurs de demain

Une interview des élèves du CELSA, Ecole des hautes études en sciences de l’information et de la communication. Sorbonne Université

11 mai, 2021

Quels sont les plus beaux souvenirs de vos études ? Les cours passionnants peut-être, mais il y a fort à parier que les moments partagés avec vos amis et votre classe tiennent aussi une bonne position dans votre mémoire. Les moments imprévus, les fous rires dans la salle de classe : être ensemble et c’est tout. Mais qu’est-ce que se passe quand être ensemble, être sur place, être présent n’est plus possible ? 

Cette semaine, le Human of Karacal est dédié non seulement à un contributeur mais à quatre. Il s’agit de Marlène, Eva, Clémentine et Antoine, étudiants en Master 2 Média : Innovation & Création au CELSA. Grâce à un atelier créatif mené par les co-fondatrices de Karacal, ils se sont lancés dans la création sonore pour revivre la vie étudiante grâce au podcast. 


Marlène : “Le postulat de départ pour nous c’était que les étudiants qui sont inscrits à l’université depuis mars 2020 n’ont pas pu découvrir la vie universitaire telle que nous, on a pu la connaître. Tout ce qui concerne les sentiments d’appartenance et de cohésion, c’est ça qu’on voulait transcrire et transmettre dans ce podcast.” 

Eva : “On a choisi le campus de Michelet car on avait des connaissances avec d’anciens étudiants sur place qui ont pu partager plus facilement leurs expériences de ce qu’était Michelet du temps où on pouvait encore y aller. On a voulu donner à entendre ce que ça avait été et ce que ça aurait pu être pour ceux qui sont actuellement étudiants sans pouvoir y aller et pour ceux qui le seront demain peut-être.”

La bulle sonore de Marlène, Eva, Clémentine et Antoine nous fait plonger dans l’ambiance de la Sorbonne. Grâce aux effets sonores et aux émotions des témoignages recueillis, le campus revit dans notre imaginaire.   
Ce groupe de créateurs n’avait jamais créé de podcast auparavant ; ils nous partagent leurs expériences : 


Clémentine : “Je n’avais jamais fait de l’audio avant, c'était une première expérience par rapport au podcast. J’aime bien jouer avec ma voix, mais c’est quelque chose que j’ai fait plutôt en vidéo. J’aime bien me mettre en scène sur Instagram, j’aime le jeu. C’est le concept de distance qui me plait, par exemple sur Instagram je sais que je ne raconterais pas la moitié de ce que je raconterais dans la vraie vie. Je passe un temps infini pour choisir des musiques justement parce qu’il y a un rapport avec la vidéo. La maîtrise de la plateforme me permet d’explorer.”

Eva : “Dans ce groupe on a un truc qui nous relie ; Clémentine parle de la mise en scène, Antoine aime beaucoup le théâtre et je l’ai pratiqué moi-même, Marlène est actrice. La créativité théâtrale nous relie.” 

Marlène : “Il y a une vraie énergie créative dans notre promo. Je connaissais peu l’univers du podcast, je n’avais jamais fait de montage ou d’habillage et j’ai pris du plaisir à essayer ces techniques là pour rendre l’univers autour de ces témoignages le plus réel et le plus immersif possible.” 

Le jeu est présent dans leur création. Ils ont d’abord exploré la possibilité de faire de la fiction, mais c’est au final de vrais témoignages qu’ils ont choisi. C’est ce qui leur parlait le plus. Peut-être pour toucher à quelque chose de plus réel ? Les témoignages récoltés auprès d’anciens étudiants ont été enregistrés par Eva et Clémentine. 


Eva : “On avait choisi des témoignages assez riches visuellement dans l’imaginaire. Ça produit vraiment des images. Ce sont des petites séquences hyper imagées où tu peux vraiment te projeter. Dans l’introduction de Marlène, elle nous donne tout de suite des points d’accroche visuels. Le visuel et le sonore sont complètement entrelacés. Je pense que c’est ça qui réussi aussi au podcast, c’est quand tu proposes des choses très imagées, ça reste vraiment en mémoire.”

Grâce à cet atelier sur le podcast, le groupe a osé explorer le champ des possibles dans la création sonore, en termes de voix, de montage, de musique, de mise en scène. Il a osé le théâtre auditif, en quelque sorte. 


Marlène : “J’ai énormément appris. J’avais déjà une appétence pour la voix-off mais le podcast je n’avais jamais essayé. C’était pratiquement une révélation pour moi et je me suis rendue compte à quel point on pouvait justement être créatif et raconter des histoires via ce format. Ça me donne envie de continuer et d’explorer cette piste. Une chose que j’ai appris récemment, grâce à cette formation, c’est qu’il fallait se lancer simplement. On peut avoir des appréhensions mais il ne faut pas hésiter et le résultat sera toujours gratifiant d’avoir donné de soi-même et d’avoir essayé, il y a toujours une récompense.”

La bulle sonore appelée “Bienvenue à Michelet” est géolocalisée au Centre Michelet dans le 6ème arrondissement à Paris, mais l’immersion sonore vous permet de plonger dans l’ambiance universitaire même depuis chez vous ! 

Pour écouter les bulles sonores Bienvenue à Michelet, cliquez ici !
(Psst… ce lien vous amène directement sur le profil des étudiants de CELSA sur Karacal, à condition que vous lisiez cet article sur votre smartphone et que vous avez téléchargé Karacal.)


Envie de vous lancer dans le podcast ? Les fondatrices de Karacal interviennent dans plusieurs universités françaises, alors, pourquoi pas dans la vôtre ?  Contactez-nous si vous pensez que la création sonore est une piste à explorer dans vos études. 
Et si vous n’êtes ni universitaire, ni étudiant, les formations Karacal se déclinent aussi pour les collectivités territoriales, les entreprises, les lieux culturels,... N’hésitez pas, contactez-nous !


Partager l'article